Vous êtes ici

N°124

N°124

Octobre / Novembre
2019

Non, la délégation de travaux n’est pas un péché !

Le projet de diagnostic national pour préparer le plan stratégique français de la PAC post 2020 est anxiogène : les exploitations agricoles continuent à se concentrer… Le phénomène de la sous-traitance des travaux agricoles s’amplifie… L’exposition aux risques va se renforcer avec le changement climatique… Les tensions commerciales et géopolitiques et l’ouverture grandissante des marchés européens aux pays tiers amplifient la volatilité des marchés.

L’idée que la restructuration de l’agriculture est un problème, est une idée fausse qui doit être dénoncée. Nos structures de production doivent évoluer. Notre pays a pris du retard dans beaucoup de productions et sur les marchés avec ses partenaires européens.

L’agrandissement est une réponse au manque de revenu mais aussi à l’accroissement de la productivité du travail. Cette dernière est aujourd’hui dopée par le numérique qui rend les machines inaccessibles en prix comme en compétences à la plupart des exploitations. Voilà ce que nous remontent les entrepreneurs des conversations avec leurs clients. C’est à partager avec les décideurs.

À nous de dire haut et fort que de plus en plus d’exploitants préfèrent avec raison augmenter leur résilience en déléguant des travaux à des professionnels, refusent de s’endetter en surmécanisation inutile et de faire de l’optimisation fiscale.

Gérard Napias, Président de la Fédération nationale EDT

Réservé aux adhérents :